• good

Petite révolution, le liquide n’a plus la cote dans le marché de l’hygiène en réseau Bio, le format gagnant c’est le solide. Les marchés les plus importants basculent du liquide vers le solide.


Les chiffres sont sur 12 mois glissants à mars 2021.


Les déodorants

> Croissance du solide à + 38 % avec une part du marché du format solide dans le marché des déodorants maintenant à 18 %

> Baisse du liquide à - 11 %


Les shampooings

> Croissance du solide + 6 %, part de marché à 22 %

> Baisse du liquide - 13 %


La douche (le come back de ce bon vieux savon)

> Croissance du solide + 12 % , part de marché à 28 %

> Baisse du liquide - 2 %

Ironie de l’histoire, ces marchés qui ont inventé l’hygiène moderne dans les années 50 se retrouvent en difficulté sur ce qui a été là l’époque une rupture, le symbole de leur modernité : le liquide, la facilité, le plaisir.


Les raisons, on les devine.

Il y a la geste écologique qui bat son plein.

Elle se fixe en ce moment sur le continent de déchets plastique et sur le climat qui dérape. C’est sûr, transporter du liquide, ça demande de l’énergie et des contenants hermétiques – bref, du plastique.

Mais il y a un dernier argument, c’est le prix.

Un shampooing solide coûte en moyenne 20 à 30 % moins cher que son homologue liquide – cette comparaison est rapportée à l’usage.

Ça sent bon pour le solide.


Source : good® BioAnalytics® 2019 2020 2021

#bio#plasticpollution#ecologieAdrien WeitzmanBernard Ollié


Vous pouvez également lire cet article sur notre Linked In.