• good


Le Commerce Equitable (CE), c’est en 2021 2 MD € et une croissance à + 11% dans une consommation atone, en Bio en particulier - 1,3 %.

Ce rebond d’une idée qui date pourtant, tient à un alignement de planètes : les lois, l’Histoire et les consommateurs. En réseau Bio, la croissance du CE est là aussi ; mieux, elle indique une voie prometteuse.

Mais le succès attire les labels, vrais ou pseudo.


LE RENDEZ-VOUS DE L’HISTOIRE


Le CE a été conçu en contre-pouvoir du libéralisme qui exclut de ses calculs les variables “exogènes“ : la santé, la souffrance des hommes, des animaux et la menace sur l’écosytème.

Ce qui rend l’idée du CE puissante, c’est qu’il n’agit pas avec l’arme politique mais avec celle du libéralisme, l’économie : l’achat ou non d’un produit selon son éthique.

La Fr. est un des rares pays à avoir une définition légale du CE.

Des lois (2005, 14, 19 et 21) en ont construit le socle mais le coup d’envoi a été donné en 2014 avec l’extension du CE Nord Sud au Nord Nord (30 % du CE aujourd’hui)

La consommation de CE était en effet concentrée jusqu’en 2014 sur un exotisme compassionnel (banane, café, chocolat) dont la motivation inavouée était un besoin de contrôle des conditions de production.

Dès 2014, le CE Nord Nord est au rendez-vous de l’Histoire : la classe moyenne qui disparait en Fr. génère de la solidarité (18 % des agriculteurs < seuil de pauvreté) ; la guerre d’Ukraine crée un réflexe de repli alimentaire et enfin la génération millenials réclame une consommation moralisée.

Le CE en réseau Bio est lui aussi en croissance.

Le chocolat y pèse 83,7 % de sa catégorie + 1 pt en 2 ans; le café 86,9 % + 1,7 pts ; les thés tisanes 43,5 % + 2,4 pts ; les épices 17,4 % + 0,8 pts ; les céréales 8,5 % + 1,5 pts ; les compléments alim. 1,2 % + 0,5 pts.


UNE JUNGLE DE LABELS


Le dynamisme de l’équitable attire les “labels“, vrais ou faux.

Le chocolat en réseau Bio 2021 affiche par ex. 10 labels à géométrie variable – coop., privés, américains, ww, auto-certifiés etc

Une enquête DGCCRF de 2020 dénonce une jungle d’allégations – ex. un chocolatier mentionne “commerce équitable“ parce qu’il reverse un % de sa marge à une ONG CE.

Pour finir, une autre allégation, Made in France, rajoute de la confusion. Petit cousin du CE, il n’a de définition qu’intentionnelle (sic, cf www.economie.gouv).


PEUT MIEUX FAIRE


Pour Gruffat, député européen, c’est aussi la jungle. Il faut dit-il un label CE européen complet : Nord Nord/ Sud qui intégrerait une AB optimisée – santé, souffrance animale, biodiversité.

Le Conseil Economique Social Environnemental le recommande aussi depuis 2014.

C’est le sens de l’histoire mais ce label total est aussi une voie stratégique pour le réseau Bio dont la taille (< 2 % de la consommation) permettrait de se l’imposer.

Ce label serait en ligne avec la genèse du réseau qui était de proposer un fait social total - et la concurrence aurait du mal à suivre.


Sources good BioAnalytics Commerce Équitable Fr.Agence Bio DGCCRF